Documents  BELLAMY, Olivier. | enregistrements trouvés : 65

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q


V

- n° 331 - pp.46-55

Le classique à la télévision, ça fait fuir les téléspectateurs, dit-on. On le relègue doncau milieu de la nuit, quand il n'y a plus de téléspectateurs. Pourtant, certaines chaînes, certains journalistes croient la mariage possible, heureux et fécond. Et tentent de la prouver.

... Lire [+]

V

- n° 330 - pp.52-54

Suffit-il d'avoir le bon gène pour être musicien ? C'est heureusement beaucoup plus compliqué, dit le généticien Daniel Cohen, chercheur... et musicien, qui fait le point sur les dernières avancées de la science et ouvre des horizons passionnants.

... Lire [+]

V

- n° 330 - pp.38-43

La plus slave de nos pianistes et le francophile virtuose moscovite évoquent pour nous la légendaire école russe de piano. D'où vient-elle ? Quelles en sont les caractéristiques ? Les héros ? Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

... Lire [+]

V

- n° 330 - pp.24-36

A al fin du siècle précédent, il n'y avait aucun doute : à la question citez le nom d'un chef d'orchestre, tout le monde ou presque répondait Karajan. Mais qu'en est-il aujourd'hui où la 'pipolisation' n'est pas forcément proportionnelle au talent ? Où les nouveaux passionnés de Brahms ou Beethoven sont nés alors qu'il venait de disparaître ? Le centenaire de la naissance d'un maestro aussi célèbre par sa manière d'aborder la musique que par sa personnalité donne donc l'occasion d'explorer son héritage. Pas question, bien sûr, d'enterrer la légende ou de vouer aux gémonies une somme discographique monumentale, mais la musique et les musiciens ont continué de vivre, de parcourir de nouveaux territoires, d'imaginer des regards neufs. Lorsque Herbert von Karajan était au sommet de sa gloire, on avait parfois l'impression qu'il cherchait à défier l'éternité. Quelques années de recul, et voilà qu'on distingue peut-être mieux ce que nous lui devons.
A al fin du siècle précédent, il n'y avait aucun doute : à la question citez le nom d'un chef d'orchestre, tout le monde ou presque répondait Karajan. Mais qu'en est-il aujourd'hui où la 'pipolisation' n'est pas forcément proportionnelle au talent ? Où les nouveaux passionnés de Brahms ou Beethoven sont nés alors qu'il venait de disparaître ? Le centenaire de la naissance d'un maestro aussi célèbre par sa manière d'aborder la musique que par sa ...

... Lire [+]

V

- n° 326 - pp.60-61

Zhu Xiao-Mei ets une rescapée. La Révolution culturelle l'a envoyée cinq ans dans un camp en Mongolie, et son sauveur, ce ne fut pas Mao, mais Bach. Elle vient de publier un livre pudique qui raconte sa traversée de l'enfer et sa renaissance.

... Lire [+]

V

- n° 326 - pp.40-55

D'un côté un instrument, de l'autre un orchestre, mais surtout pas une nouvelle version de "seul contre tous". Si le concerto est une forme musicale si attirante, c'est d'abord par ce dialogue incessant et passionnant entre un soliste et un groupe, comme une métaphore de la démocratie : l'un n'existe pas sans les autres et si l'un a tendance à se la jouer perso, patatras, tout s'écroule.
Ce qui séduit aussi, c'est cette manière de distinguer un instrument parmi d'autres, d'en faire un chouchou qui devient vite le nôtre, pas seulement pour la performance, juste parce qu'il donne l'impression de s'adresser directement à nous, rien qu'à nous. Qu'on préfère le piano, le violon, la guitare, le violoncelle, la clarinette ou le clavecin, on trouve toujours un concerto qui nous touche, nous emballe, nous ravit. Histoire de quelques concertos qui feront votre bonheur.
D'un côté un instrument, de l'autre un orchestre, mais surtout pas une nouvelle version de "seul contre tous". Si le concerto est une forme musicale si attirante, c'est d'abord par ce dialogue incessant et passionnant entre un soliste et un groupe, comme une métaphore de la démocratie : l'un n'existe pas sans les autres et si l'un a tendance à se la jouer perso, patatras, tout s'écroule.
Ce qui séduit aussi, c'est cette manière de distinguer un ...

... Lire [+]

V

- n° 326 - pp.32-39

Qu'il joue Liszt et Beethoven au piano ou dirige Wagner à la Scala, ila, ancrée en lui, la même conviction : la musique peut changer l'homme. Un véritable humaniste

... Lire [+]

V

- n° 325 - pp.32-36

Il est devenu une vedette et on commence à le reconnaître dans la rue. Mais sa simplicité reste la même. Voyage avec Philippe Jaroussky à la rencontre du public.

... Lire [+]

V

- n° 324 - pp.30-47

Qu'un compositeur subisse l'influence d'un autre, ça n'étonne pas beaucoup. L'histoire de la musique regorge de ces filiations, pensons seulement à Mozart et Haydn. Avec Wagner, le mot est trop faible : il avait une telle personnalité qu'on pourrait même parler d'emprise plutôt que d'empreinte. Il cherchait d'ailleurs autant à capturer qu'à captiver. Quand sa musique est jouée à Paris au milieu du XIXème siècle, les pro et les anti s'affrontent durement, mais toutes ses inventions, toute sa pensée artistique commencent d'irriguer l'ensemble des arts. Aujourd'hui, ce n'est pas fini, voyez Le Seigneur des anneaux, Thorgal en BD ou Gabriel Knight 2 en jeu video. A l'occasion de l'exposition 'Richard Wagner. Visions d'artistes' à la Cité de la musique à Paris, explorons ensemble les itinéraires wagnériens, de la peinture à la littérature et au cinéma, sans oublier, bien sûr, les circonvolutions de la musique du maître.
Qu'un compositeur subisse l'influence d'un autre, ça n'étonne pas beaucoup. L'histoire de la musique regorge de ces filiations, pensons seulement à Mozart et Haydn. Avec Wagner, le mot est trop faible : il avait une telle personnalité qu'on pourrait même parler d'emprise plutôt que d'empreinte. Il cherchait d'ailleurs autant à capturer qu'à captiver. Quand sa musique est jouée à Paris au milieu du XIXème siècle, les pro et les anti s'affrontent ...

... Lire [+]

V

- n° 322 - pp.46-62

Paradis des festivals, mais aussi, Sud oblige, terre d'élection des amateurs d'opéra et des voix ensoleillées, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) connaît une vie musicale foisonnante. Cinquième étape de notre tour de France.

... Lire [+]

V

- n° 322 - pp.36-44

Voilà dix ans que le 'pianiste des pianistes' nous a quittés. Entre vérité et légendes, cet artiste au charisme unique, aussi inattendu à la ville qu'à la scène, aura participé aux grans bouleversements du XXème siècle. Mais qui était vraiment Sviatoslav Richter ?

... Lire [+]

V

- n° 321 - pp.50-51

Un coup de foudre pour un pianiste qui commence à faire carrière, un cousin organiste qui a un vrai talent... Et vous avez l'âme d'un Pygmalion. Le monde de la musique vous donne des trucs à savoir et les écueils à éviter pour faire conquête du marché du disque.

... Lire [+]

V

- n° 321 - pp.41-43

Après les japonais et les coréens, les chinois fondent à leur tour sur le piano avec un enthousiasme délirant. Il sont doués, travailleurs et très, très nombreux...

... Lire [+]

V

- n° 320 - pp.44-48

Qui n'a jamais rêvé d'être une petite souris et d'écouter la conversation de deux géants de la musique ? C'est à ce jeu qu'on bien voulu se prêter pour le Monde de la musique Martha Argerich et Claudio Abbado

... Lire [+]

V

- n° 320 - pp.32-42

Alors que la France vivait la course à l'Elysée se déroulait sur Radio Classique une élection non moins palpitante : celle de l'oeuvre musicale préférée des français. Surprise ! C'est le Trio n°2 pour piano, violon et violoncelle de Schubert qui a été plébiscité par près de 20000 auditeurs. Ce choix imprévisible n'est certainement pas fortuit, et ce qu'il révèle de la part de nos contemporains vaut sans doute plus que bien des sondages. Et vous, qu'en pensez-vous ? Découvrez les résultats page 34, et n'hésitez pas à nous donner votre opinion. En attendant, entrons dans le mystère Schubert.
Alors que la France vivait la course à l'Elysée se déroulait sur Radio Classique une élection non moins palpitante : celle de l'oeuvre musicale préférée des français. Surprise ! C'est le Trio n°2 pour piano, violon et violoncelle de Schubert qui a été plébiscité par près de 20000 auditeurs. Ce choix imprévisible n'est certainement pas fortuit, et ce qu'il révèle de la part de nos contemporains vaut sans doute plus que bien des sondages. Et vous, ...

... Lire [+]

V

- n° 319 - pp.52-55

La plus grande chanteuse française depuis Germaine Lubin vient de fêter ses quatre fois vingt ans. Régine Crespin revient sur les joies et les drames de sa riche existence.

... Lire [+]

V

- n° 319 - pp.28-37

Mstislav Rostropovitch a quatre-vingts ans ce mois-ci. Le violoncelliste de génie, l'humaniste qui a défié l'oppression et a été immortalisé jouant devant le mur de Berlin pour fêter la liberté retrouvée font à jamais partie de l'histoire.

... Lire [+]

V

- n° 318 - pp.56-60

On a retrouvé un trésor de légende : l'enregistrement inédit des 24 Caprices de Paganini par le plus anticonformiste des grands violonistes. Toujours en activité à quatre-vingt-quatre ans, Ivry Gitlis nous parle à coeur ouvert.

... Lire [+]

V

- n° 317 - pp.31-59

A l'occasion des Folles journées de Nantes, Le Monde de la Musique consacre un dossier sur l'harmonie des peuples :
- Russie, les chants de la terre
- Scandinavie, soleils divers
- Espagne, entre rêve et réalité
- France, le verbe se fait musique
- Europe centrale, les mille et une musiques

... Lire [+]

V

- n° 315 - pp.44-47

Armin Jordan était un serviteur de la musique adoré par les musiciens. Le plus grand chef suisse depuis Ernest Ansermet est mort en pleine gloire à l'âge de 74 ans

... Lire [+]

Z