Documents  BOUISSOU, Sylvie. | enregistrements trouvés : 2

     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q


y

- 294p.

A travers cet ouvrage, se raconte l'histoire du long fleuve "non tranquille" qu'est la notation musicale et se discutent les enjeux de sa stabilisation, de sa remise en cause et de la naissance de nouveaux principes de transcription. Les auteurs ont interrogé les sources pour comprendre comment la " notation moderne" a dû se construire parallèlement à la survivance de l'écriture proportionnelle de la Renaissance, des tablatures et d'autres conventions archaïsantes ; comment, au-delà de la nécessité d'un " universalisme " rassurant qui émerge vers 1750 et perdure sur une large partie du XIX siècle, elle est restée attentive à une identité nationale culturelle ; comment, pour répondre aux exigences des nouvelles formes d'expression du XXe siècle, se sont développés d'autres procédés de notation faisant appel au graphisme et au verbe, parfois dans une optique raisonnable et constructive, parfois dans un esprit, contestataire peu propice à la pérennisation. L'individualisme des courants, leurs contradictions internes, la subtilité des conventions supposées connues et dénaturées n'ont pas notre démarche. Mais la simplicité ne sied pas à l'histoire de la notation musicale, qui n'est rien moins que le miraculeux résultat d'une codification à vocation " universelle " des formes d'expression les plus diverses de la; pensée musicale, en somme une sotte d'utopie dont la survie dépend d'une sagesse consensuelle.
A travers cet ouvrage, se raconte l'histoire du long fleuve "non tranquille" qu'est la notation musicale et se discutent les enjeux de sa stabilisation, de sa remise en cause et de la naissance de nouveaux principes de transcription. Les auteurs ont interrogé les sources pour comprendre comment la " notation moderne" a dû se construire parallèlement à la survivance de l'écriture proportionnelle de la Renaissance, des tablatures et d'autres ...

... Lire [+]

Jean-Philippe Rameau BOUISSOU, Sylvie. | Fayard 2014

Livre - Cote : L RAM B 1

XXXXX

y

- 1165p.

Autant musicien que savant, praticien que théoricien, artiste que philosophe, Jean-Philippe Rameau (1683-1764) laisse une oeuvre considérable (clavier, musique de chambre, musique vocale religieuse et surtout écrits théoriques et opéras).

S'appuyant sur son oeuvre de clavecin et une réflexion théorique, Rameau s'impose sur la scène lyrique. Son oeuvre suscite l'enthousiasme mais connaît des échecs et provoque bien des controverses, que son caractère irréductible rend plus rudes encore. Sa réflexion sans relâche sur les fondements de la musique l'amène à des échanges intenses avec les brillants esprits de son temps (pas toujours pour son bien, les polémiques entretenues avec les Encyclopédistes ayant durablement entaché son image).

De ce musicien des Lumières, de cette figure majeure de la musique française, Sylvie Bouissou propose ici une synthèse remarquablement documentée qui constitue la monographie de référence. Éclairant la beauté des oeuvres et la richesse de la pensée, elle fait pièce aux calomnies que les adversaires de Rameau avaient répandues sur lui et elle rend ainsi sensible la personne d'un créateur dont, deux cent cinquante ans après sa mort, la musique garde toute sa force et incarne son propos : « Pour jouir pleinement des effets de la musique, il faut être dans un pur abandon de soi-même, et pour en juger, c'est au principe par lequel on est affecté qu'il faut s'en rapporter. »
Autant musicien que savant, praticien que théoricien, artiste que philosophe, Jean-Philippe Rameau (1683-1764) laisse une oeuvre considérable (clavier, musique de chambre, musique vocale religieuse et surtout écrits théoriques et opéras).

S'appuyant sur son oeuvre de clavecin et une réflexion théorique, Rameau s'impose sur la scène lyrique. Son oeuvre suscite l'enthousiasme mais connaît des échecs et provoque bien des controverses, que son ...

... Lire [+]

Z